Afin de compenser les pertes d’emplois (87 personnes)  liées à la reprise de l’entreprise Futurol (fabriquant de volets roulants) implantée à Golfech, la Communauté de communes des deux rives a souhaité engager une stratégie de développement économique dans un contexte de redistribution des compétences économiques en lien avec la loi NOTRE.

La Dirrecte et l’unité territoriale de Tarn-et-Garonne avaient mandaté le groupe Afpa Transitions et Sémaphores pour réaliser une étude de dynamisation économique du territoire intercommunal. Suite au diagnostic présenté le 20/02/2016 à la Sous-Préfecture de Castelsarrasin, un plan d’actions devrait être validé d’ici la fin de l’année 2016. Il devrait s’articuler autour de plusieurs thématiques : accueil des entreprises, offre immobilière pour les entreprises, stratégie touristique, animation économique, dynamisation du commerce et de l’artisanat…

Ce nouveau dispositif est susceptible d’impacter positivement le secteur de l’artisanat. Il arrive  au bon moment à la fin de l‘Opération de Modernisation du Commerce et de l’Artisanat des Deux Rives.

L’intercommunalité des deux rives comprend 381 entreprises artisanales pour un total de plus de 1 000 actifs liés à l’artisanat.

Télécharger (PDF, 444KB)

La chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne propose un accompagnement spécifique en matière de transmission/reprise, de création et développement d’entreprises de moins de 3 ans ainsi qu’une assistance aux élus et techniciens des territoires pour le développement de la création et de la transmission-reprise dans le cadre du dispositif Entreprendre en Midi-Pyrénées (programme régional animé et coordonné par Madeeli avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées et de l’Union Européenne). Pour en savoir-plus, contactez la CMA82.

Sur les 61 établissements que compte la commune de Septfonds en avril 2016, le secteur du bâtiment fédère près de la moitié des entreprises et des actifs de l’artisanat. Arrive ensuite le secteur des services (37% des établissements),  de l’alimentation et de la fabrication (7% chacun des établissements).

L’artisanat de Septfonds se caractérise par une des plus fortes densité artisanale du département avec 1 entreprise pour 36 habitants.

  • les + de 55 ans représentent 21,3% des entreprises
  • 59 % d’entreprises installées depuis plus de 5 ans (53% T&G)
  • une progression d’entreprises depuis (+ 5% depuis 1 an) en dessous des moyennes intercommunales (+6%) et départementales (+7%)
  • 7 entreprises se sont immatriculées depuis 1 an (4 hommes et 3 femmes), essentiellement sous le régime de la microentreprise (5/7)
  • près de 30 % de microentreprises en activité,  régime qui offre néanmoins des perspectives de développement modérées (chiffre d’affaires plafonné, absence de récupération de la TVA, impossibilité d’amortissement des investissements)
  • un faible taux de pérennité de 33% des entreprises inscrites en2013 (68% T&G)

Conjointement, l’étude du répertoire des métiers de Septfonds permet de pointer plusieurs caractéristiques locales :

-  l’activité économique de Septfonds a rayonné pendant de nombreuses années grâce au savoir-faire lié à la fabrication de chapeaux. L’industrie de la chapellerie, en particulier des chapeaux de paille, s’y est largement développée. Cette activité a atteint son maximum en 1900 avec près de 2 000 personnes travaillant dans une des 25 usines de chapeau . Il reste à Septfonds une seule fabrique de chapeaux (SA Coustilleres). La collectivité souhaite aujourd’hui développer un centre d’interprétation culturel en lien avec la tradition chapelière.

- une forte densité artisanale dans les métiers de la mécanique automobile ou agricole avec pas moins de 8 entreprises immatriculées.

- une activité de maréchalerie dont le savoir-faire est suffisamment rare pour être signalé.

- la zone d’activité de Dardenne, située le long de la RD926 (9 000 véhicules/jour) en sortie de ville qui constitue un axe stratégique du développement économique du territoire. Néanmoins, il faut souligner que cette zone où cohabite l’habitat privé et l’activité économique n’est pas sans poser de problèmes pour la pérennité voire la transmission des savoir-faire du territoire.

Par ailleurs, la réalisation en cours du Plan Local d’Urbanisme prévoit la création d’une deuxième zone activités. Cela pose la question de l’équilibre entre les activités situées en centre bourg et celles pouvant être créées en sortie de ville. Cette projection économique n’est pas neutre en matière d’animation du centre bourg, de pérennité des commerces locaux, de maintien du lien social,…et traduit toute la difficulté des décisions à prendre en terme d’aménagement du territoire pour des communes de petite taille. Il existe néanmoins des possibilités de thématisation des différents espaces ouverts à l’urbanisation permettant de concilier les intérêts et de préserver les équilibres territoriaux.

La chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne propose un accompagnement spécifique en matière de transmission/reprise, de création et développement d’entreprises de moins de 3 ans ainsi qu’une assistance aux élus et techniciens des territoires pour le développement de la création et de la transmission-reprise dans le cadre du dispositif Entreprendre en Midi-Pyrénées (programme régional animé et coordonné par Madeeli avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées et de l’Union Européenne). Pour en savoir-plus, contactez la CMA82.

L’attractivité de Molières tient d’abord à sa géographie qui se compose de collines et de vallons, caractéristiques des paysages gersois ou toscans. En dehors de quelques zones boisées, une succession de parcelles aux couleurs différentes modelées par les agriculteurs, offre des atouts indéniables à une activité touristique qui s’y est développée.

Molières jouit d’une situation de transition entre la plaine du Tarn et le plateau calcaire du Quercy Blanc. Façonné par les acteurs du bâtiment, le patrimoine bâti laisse une large part à l’utilisation de la brique foraine, de la terre crue et de la pierre comme matériaux nobles de construction.

A côté des 45 exploitations agricoles et d’une activité touristique drainée par la base de loisirs du Malivert, la présence des métiers de l’artisanat offre un socle économique solide pour une petite commune rurale de près de 1 300 habitants.

L’artisanat moliérain :

      • 34 artisans soit 7% des établissements de la communauté de communes du Quercy Caussadais (470)
      • une forte représentation de l’artisanat alimentaire et une sous-représentation secteur du bâtiment (12 entreprises)
      • 47 ans d’âge moyen des artisans en activité
      • des entreprises plutôt matures avec 59 % d’entreprises de + de 5 ans d’existence (53% T&G)
      • 23,5% de microentreprises
      • à côté des activités artisanales traditionnelles, des savoir-faire spécifiques sont identifiés (fabrication de pompes hydraulique, mécanique agricole, fabrication d’éléments en matière plastique, fabrication textile)

Un dynamisme entrepreneurial :

      • une forte densité métier : 1 entreprise pour 37 habitants avec une bonne représentation des activités traditionnelles de l’artisanat de proximité
      • +17% d’entreprises depuis 1 an (6%T&G) et +36 % depuis 5 ans (26%T&G)
      • 5 immatriculations depuis 1 an et 17 depuis 5 ans
      • 67 % d’entreprises encore en activité au bout de 3 ans de création

 Un enjeu de maintien des savoir-faire sur la commune à moyen termes pour 9 dirigeants âgés de plus de 55 ans.

En terme d’urbanisme, la collectivité souhaiterait développer prochainement une zone destinée à accueillir des activités économiques. La réalisation actuelle du Plan Local d’Urbanisme devrait permettre de préciser la stratégie économique foncière pour l’accueil de nouvelles entreprises voire le déménagement d’activités existantes.

La chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne propose un accompagnement spécifique en matière de transmission/reprise, de création et développement d’entreprises de moins de 3 ans ainsi qu’une assistance aux élus et techniciens des territoires pour le développement de la création et de la transmission-reprise dans le cadre du dispositif Entreprendre en Midi-Pyrénées (programme régional animé et coordonné par Madeeli avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées et de l’Union Européenne). Pour en savoir-plus, contactez la CMA82.

 

La Communauté de Communes du Pays de Serre en Quercy et la commune de Lauzerte ont été retenu le 20 novembre 2014 à l’appel à manifestation d’intérêt pour la revitalisation des centres bourgs, qui flèche plusieurs priorités (le développement économique, l’amélioration de l’habitat, l’amélioration des fonctionnalités urbaines, l’accompagnement des difficultés sociales de la population et la préservation de l’environnement). Une étude stratégique de développement territorial est actuellement en cours de réalisation. Elle se formalise par la mise en place de groupes de travail sectoriels chargés de fixer les priorités d’intervention. Le groupe de travail bâtiment s’est réuni le 31/03/2016 à la mairie de Lauzerte.

Le secteur du bâtiment compte 107 entreprises pour 182 salariés. La densité artisanale (nombre d’habitants par entreprise du bâtiment) est beaucoup plus forte à Saint-Beauzeil (1/32), Belvèze (1/35) ou Montbarla (1/40) que sur le reste de la communauté de communes (1/84). Depuis 5 ans, le territoire a connu une progression de 15 % de ses effectifs d’entreprises alors que dans le même temps le nombre d’établissements progressait de 24% dans le département. Ces chiffres masquent néanmoins des différences entre métiers (maçons : -4%; carreleurs : +100 %; charpentiers : +13%; électriciens : +20%; menuisiers : +83%; peintres : +33%; plaquistes : -20%; plombiers : +10%; terrassiers : 0%).

L’âge moyen varie de 54 ans pour les terrassiers à 40 ans pour les menuisiers. Pour le bâtiment dans son ensemble, il est de 47 ans.

 

Le métier de maçon reste le plus pourvoyeur d’emplois derrière les charpentiers et les terrassiers. Les maçons sont également les plus nombreux en nombre d’établissements. A contrario, les carreleurs, peintres et plaquistes sont moins représentés sur le territoire intercommunal.

29% des entreprises du bâtiment ont opté pour le régime de la microentreprise (ex-autoentreprise) en Pays de Serres. Si l’on raisonne en terme de métiers, ceux sont les menuisiers qui privilégient en priorité ce régime avec 58 % des entreprises actives sur le territoire. A noter que sur ces deux dernières années 65% des créateurs d’entreprises dans le secteur du bâtiment en Pays de Serres ont choisi le régime de la microentreprise qui offre néanmoins des perspectives de développement modérées (chiffre d’affaires plafonné, absence de récupération de la TVA, impossibilité d’amortissement des investissements).

 

Le secteur du bâtiment devrait également tirer parti de la dynamique territoriale portée par l’opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH). Il est prévu sur une période de 6 ans le dépôt de 168 dossiers concernant les propriétaires occupants et 45 pour les propriétaires bailleurs qui seront subventionnés dans le cadre du dispositif.

Les axes de développement identifiés par le groupe de travail bâtiment Pays de Serres en Quercy sont :

  • une meilleure coopération des acteurs du bâtiment pouvant conduire à des actions de regroupement sous forme de SCOP, de groupements momentanés d’entreprises, de mutualisation de moyens sur des fonction transversales (comptabilité, gestion, commercialisation…),
  • le développement de l’accès au label RGE qui devra passer par une information/sensibilisation locale accompagnée de plans de formation adaptés sur le territoire,
  • la communication de l’intercommunalité sur la plateforme geometiers.fr et son référencement au sein des communes du territoire (avec la fonction “partager”),
  • le mandatement d’un prestataire pouvant donner des conseils techniques et administratifs aux particuliers désirant monter des dossiers de financement OPAH.

La chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne propose un accompagnement spécifique en matière de transmission/reprise, de création et développement d’entreprises de moins de 3 ans ainsi qu’une assistance aux élus et techniciens des territoires pour le développement de la création et de la transmission-reprise dans le cadre du dispositif Entreprendre en Midi-Pyrénées (programme régional animé et coordonné par Madeeli avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées et de l’Union Européenne). Pour en savoir-plus, contactez la CMA82.

photo1annonce

Contexte :

  • Boudou, situé à 6 km de Moissac et 35km de Montauban
  • 713 habitants
  • Commune touristique située les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle et offrant un point de vue panoramique exceptionnel sur le confluent du Tarn et de la Garonne et sur les Pyrénées
  • Riche activité agricole autour des fruits et du chasselas
  • 14 artisans en activité
  • 1 école de 63 élèves et 1 accueil de loisirs
  • 1 agence postale communale
  • Souhait de la commune d’installer un artisan cuisinier restaurateur qualifié proposant un service de plats à emporter
  • Local situé en plein centre du village

photo2annonce

Descriptif du local appartenant à la commune :

  • Local de de 81m2 proposant une réserve, une chambre froide, un espace bar, une salle de restaurant, une terrasse de 70m2, un four à pain, une zone de préparation froide et chaude (piano), un espace plonge et des sanitaires accessibles aux handicapés
  • Licence III

photo3annonce

Conditions pour la location du local (81 m2) :

  • Bail précaire
  • Pas de versement de droit au bail ni de pas de porte
  • Loyer progressif permettant une installation pérenne du professionnel

Contacts :

Mairie de Boudou (Christian Fieldes ou Jean-Pierre Gendre) : 05 63 04 09 85 / mairie-boudou@info82.com

Télécharger l’annonce.

Le Pays Midi-Quercy compte 582 établissements du secteur du bâtiment immatriculés* au Répertoire des Métiers début 2016 avec une répartition territoriale variable d’une communauté de communes à l’autre.

La densité artisanale (nombre habitants par entreprise du bâtiment) est beaucoup plus forte dans la Communauté de Communes du Quercy Rouergue et Gorges de l’Aveyron (1/52) que sur le reste du territoire Midi Quercy (1/85).

Le solde sur les deux dernières années entre création et radiation d’entreprises dans le bâtiment en Midi-Quercy a été positif. 54 entreprises supplémentaires ont été créées par rapport aux radiations.   Le volume de salariés employés a diminué entre les entreprises créées et celles radiées ces 2 dernières années . Ces évolutions sont particulièrement importantes sur les communautés de communes Quercy Caussadais (-12 salariés) et des Terrasses et Vallée de l’Aveyron (-13 salariés). Les pertes en emplois ont surtout été enregistrées dans le secteur de la maçonnerie.

Le métier de maçon reste le plus pourvoyeur d’emplois derrière les terrassiers et les plombiers. Les maçons sont également les plus nombreux en nombre d’établissements. A contrario, les carreleurs et les charpentiers couvreurs sont moins représentés en Midi-Quercy.

 30% des entreprises du bâtiment ont opté pour le régime de la microentreprise (ex-autoentreprise) en Midi Quercy en 2016. La répartition est relativement équilibrée par communauté de communes (taux maxi de 34% en CCQRGA et CCTVA et taux mini de 24% en CCQC). Si l’on raisonne en terme de métiers, ceux sont les peintres qui privilégient en priorité ce régime avec 54 % des entreprises actives sur le territoire. A noter que sur ces deux dernières années 65% des créateurs d’entreprises dans le secteur du bâtiment en Midi-Quercy ont choisi le régime de la microentreprise qui offre néanmoins des perspectives de développement modérées (chiffre d’affaires plafonné, absence de récupération de la TVA, impossibilité d’amortissement des investissements).  

Début 2016, on dénombre 80 entreprises labellisées RGE en Midi Quercy. La proportion d’entreprises RGE par rapport aux entreprises du bâtiment est plus importante en Midi Quercy que sur le Tarn et Garonne (14,7% pour 11,% dans le Tarn et Garonne). Il faut noter qu’aucune microentreprise n’est labellisée RGE. Les proportions d’entreprises RGE en Midi Quercy sont relativement homogènes (14 à 18%) sur 3 des 4 intercommunalités. Seul le Quercy Vert enregistre un taux plus faible (7%).

La labellisation RGE des entreprises du bâtiment en Midi Quercy a surtout connu son essor sur l’année 2015, année de démarrage de l’écocertification du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, et des certificats d’économie d’énergie passant de 28 en janvier 2015 à 80 en décembre 2015.

*Une entreprise peut être labellisée sur plusieurs domaines d’intervention.

Entreprises du bâtiment de Midi-Quercy / geometiers.fr

Données traitées par la maison de l’emploi Midi Quercy à partir de l’interface www.geometiers.fr dans la cadre des actions de la plateforme de rénovation énergétique de l’habitat en Midi Quercy soutenue par l’ADEME et le PETR Midi Quercy. Données RGE : ADEME et site transition énergétique. Contact : christophe.tyack@emploimidiquercy.org

* La chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne propose un accompagnement spécifique en matière de transmission/reprise, de création et développement d’entreprises de moins de 3 ans ainsi qu’une assistance aux élus et techniciens des territoires pour le développement de la création et de la transmission-reprise dans le cadre du dispositif Entreprendre en Midi-Pyrénées (programme régional animé et coordonné par Madeeli avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées et de l’Union Européenne). Pour en savoir-plus, contactez la CMA82.

logo_ademe_pmq_mde